Skip to main content
MtNon classifié(e)

2022/06/10 – Mt 5, 27-32

By 2024-01-04No Comments

Après la première antithèse, qui traite de la vie du prochain, Jésus nous instruit dans la deuxième sur la vie du cœur, la sexualité ordonnée pour favoriser l’amour. Cet enseignement du Christ est essentiel pour toutes les époques, parce que son observance conditionne le bonheur de la personne humaine. Lorsqu’on ne contrôle plus sa sexualité, mais qu’on est dominé par elle, on détruit l’amour et on se dirige vers la ruine.

Dans cette section de son enseignement, Jésus envisage trois perversions de la sexualité : l’adultère et le désir mauvais ; les chemins qui mènent au péché et à la ruine ; enfin, le divorce.

Dans presque toutes les civilisations, la sanction pour l’adultère est la peine de mort. Pourquoi une réaction universelle aussi radicale ? C’est qu’on a ressenti partout que cette faute tendait à détruire le lien le plus intime entre deux personnes, la vie du cœur. Si on détruit l’amour, que reste-t-il dans l’existence humaine ?

Comme dans la première antithèse, Jésus va jusqu’à la racine du mal, le désir pervers qui produit l’action mauvaise. Il faut bien comprendre que Jésus ne défend pas le regard d’admiration, l’attrait naturel vers la beauté. En effet, tout dépend de la clarté du regard : « Pour le cœur pur, tout est pur. » Le regard que Jésus condamne est le début d’une jouissance égoïste, qui cherche une satisfaction dans la possession de l’autre pour l’asservir. Les revues, photos, spectacles, livres,… dont on jouit uniquement pour stimuler le désir sans amour, ne peuvent amener que la déchéance.

Le mot « scandale » désignait, à l’origine, une roche sur le chemin qui fait tomber dans une trappe. Une telle chute est devenu l’image du péché qui rend infirme. Un animal qui tombe dans un piège veut instinctivement se sauver ; il est prêt à sacrifier un de ses membres, une patte, pour retrouver sa liberté.

C’est une chirurgie semblable que propose Jésus. Sacrifier un membre pour obtenir le salut de sa personne entière ! Éliminer une liaison qui causera la ruine de son existence !

Dieu nous a tous créés pour aimer, pour sortir de soi-même, de son égoïsme. Ce don de soi est tellement fort qu’on se retrouve dans la personne aimée, avec qui on ne fait qu’un seul être. C’est la déclaration solennelle de Dieu après avoir créé l’homme et la femme : « L’homme quittera père et mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviendront tous deux un seul être. » (Gen 2,24) Le Créateur a voulu que l’amour entre un homme et une femme soit exclusif et perpétuel. On découvre le bonheur quand on rend heureuse la personne que l’on aime, en se livrant définitivement à elle par amour.

L’amour qui se disperse de divers côtés perd toute saveur et devient amer, car il se transforme en égoïsme. Au lieu du don de soi, l’amour faussé devient le plaisir de domination et de possession. La personne qu’on prétend aimer devient un objet qu’on utilise. N’étant plus capable de vraiment aimer, de se donner, on se retrouve malheureux, seul avec soi-même.

Jean-Louis D’Aragon SJ 

Leave a Reply