4e Semaine de Pâques

(Français) 2021/04/26 – Jn 10, 1-10

By Saturday April 17th, 2021 No Comments

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

La première partie (10,1-6) est une parabole, un texte énigmatique pour l’auditeur et qui l’invite indirectement à voir un sens qui l’interpelle. Il est question d’une bergerie, avec une entrée et un gardien. Elle contient plusieurs troupeaux. Ceux qui ne passent pas par l’entrée sont des voleurs qui vont tuer des brebis. Celui qui passe par la porte est un pasteur légitime. Pour rassembler son troupeau à lui, il appelle ses brebis, chacune par son nom. Elles écoutent sa voix et ainsi le reconnaissent. Il les fait sortir; il marche à leur tête et elles le suivent. Elles fuiraient une autre voix.

La seconde partie veut expliciter la parabole (10,7-10). Je suis la porte, dit Jésus. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé. Il pourra aller et venir. Les voleurs détruisent et tuent mais Jésus, lui, est venu pour qu’on ait la vie en surabondance.

Dans la première partie, le pasteur légitime est celui qui rassemblera son troupeau et le fera sortir de la bergerie. Faire sortir est l’expression employée par Dieu pour parler de l’exode. Il est celui qui fait sortir d’Égypte son peuple et lui donne la liberté. Le pasteur qui fait sortir les brebis de son troupeau leur donne la liberté parce que maintenant elles peuvent paître. Jésus fait allusion à un nouvel exode, une nouvelle libération qu’il donnera à ceux qui feront partie de son troupeau, à ceux qui auront reconnu sa voix, c’est-à-dire à ceux qui l’auront accepté. Les brebis qui n’auront pas reconnu sa voix ne feront pas partie de son troupeau et ne profiteront pas de cette libération.

Le pasteur marche à la tête des brebis et elles le suivent. Après la libération d’Égypte, Dieu a agi comme un pasteur: il a été présent à son peuple pour le guider et le protéger pour marcher à leur tête. C’est son action qui a fait d’Israël le peuple de son bercail comme le répètent les Psaumes.

La parabole suggère donc que Jésus peut réaliser un nouvel Exode, que ceux qui répondront à son appel constitueront un peuple nouveau. La parabole suppose aussi de la fidélité. Répondre à sa voix, le suivre, sont des images d’une fidélité à préserver. Mais ceci ressort davantage dans l’explication de la parabole.

En introduisant la figure de la porte comme illustration de son œuvre Jésus reprend un thème dont il a parlé dans le discours sur le pain de vie et qu’il utilisera encore avec l’image de la voie ou du chemin: Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. (Jean 14,6) C’est le thème du médiateur unique. Ce n’est que par lui qu’on peut connaître le Père et avoir accès à lui et à sa Vie. Je suis la Porte. Si quelqu’un entre par moi il sera sauvé. (Jean 10,9)

Pour la brebis, cela veut dire qu’elle entrera et sortira et trouvera un pâturage. L’expression est employée pour dire le contraire d’être perdu ou d’errer sans but. Elle est employée pour décrire Josué qui doit prendre la succession de Moïse et guider le peuple : Il entrera et sortira à leur tête. (Nb.27,17)  Le troupeau en liberté ne va pas n’importe où: il va, guidé par le pasteur, vers un pâturage. De même, la liberté qu’apporte Jésus à ceux qui répondent à sa voix a un but précis : pour qu’on ait la vie et qu’on l’ait surabondante. (Jean 10,10)

Jean Gobeil SJ