Skip to main content

2022/07/30 – Mt 14, 1-12

Hérode Antipas apprend la renommée de Jésus. Il pense que son pouvoir de faire des miracles lui vient de ce qu’il est ressuscité des morts et que ce ressuscité doit être Jean Baptiste qu’il a fait arrêter parce qu’il condamnait son mariage avec Hérodiade, la femme de son demi-frère Philippe. Lors d’une fête en l’honneur de l’anniversaire de naissance d’Hérode et en présence de nombreux dignitaires, il promet à la fille d’Hérodiade qui l’a enthousiasmé par une danse de lui donner ce qu’elle voudrait. A la suggestion de sa mère elle demande la tête de Jean Baptiste. Hérode, très contrarié, doit satisfaire la demande pour ne pas perdre la face. Les disciples de Jean réclamèrent alors le corps pour l’ensevelir et rapportèrent la nouvelle à Jésus.

Un peu avant cet épisode, Jésus a été rejeté par les gens de Nazareth lors de sa première prédication. On ne pouvait accepter que le fils d’un charpentier soit un prophète ou un sage. Maintenant que la nouvelle de sa popularité parvient aux oreilles d’Antipas, c’est l’annonce d’un danger plus sérieux : celui du pouvoir politique.

C’est de Rome qu’Antipas tient sa position de tétrarque de Galilée. En retour, il doit assurer la paix dans son territoire. Dès le début de son règne, il avait réussi à saisir et exécuter Judas le galiléen, une sorte de révolutionnaire et de bandit qui avait toujours échappé à son père Hérode le Grand. Ensuite, ce fut Jean Baptiste qui attirait les foules. L’historien Flavius Josèphe, qui est seulement une génération après les événements, dit qu’Hérode, voyant que la foule était exaltée en entendant parler Jean et que les gens, une fois retournés dans les diverses parties du pays, semblaient prêts à suivre en tout les directives de Jean, eut peur d’une révolte générale. Donc, pour une raison de sécurité, il  fit arrêter Jean mais commit le crime de le faire exécuter. Cette explication n’est pas incompatible avec l’explication de Matthieu, même si Flavius ne mentionne pas le banquet mais nous donne le nom de la fille d’Hérodiade: Salomé.

Pour son auditoire romain, Flavius ne parle pas de Jean comme d’un prophète mais donne un équivalent : il était un homme sage et bon. Flavius voit que c’est pour ce crime qu’Hérode fut puni par la guerre que lui fit le beau-père de l’épouse qu’il avait renvoyée, Arétas, roi des Nabatéens à l’est de la Mer Morte.

Le récit de Matthieu indique donc que ce n’est pas une bonne chose pour Jésus que d’inquiéter Hérode. Luc dira un peu plus tard que des Pharisiens avertirent Jésus : Pars et vas-t-en d’ici car Hérode veut te tuer. (13,31)

Mais le récit de Matthieu montre autre chose. Jean était le précurseur, celui qui annonçait et préparait le Messie. Sa fin est celle d’un précurseur: elle annonce la fin de Jésus. Lui aussi sera arrêté par le pouvoir religieux et politique et exécuté. Sa mort sur une croix sera la peine réservée aux révolutionnaires, à ceux qui menacent la paix de l’état. Les disciples Jean Baptiste comme ceux de Jésus iront prendre son corps et l’ensevelir.

La note finale, les disciples de Jean allèrent en informer Jésus, est plus qu’une information: elle est un avertissement, une prémonition.

Jean Gobeil SJ 

2022/07/29 – Lc 10, 38-42

Une femme nommée Marthe reçoit Jésus dans sa maison. Pendant qu’elle s’occupait du service, Marie, sa soeur, écoutait les paroles de Jésus, assise aux pieds du Seigneur. Marthe se plaint que sa soeur ne l’aide pas. Mais Jésus déclare que Marie a choisi la meilleure part et qu’elle ne lui sera pas enlevée.

Le texte commence par dire en passant que Jésus était en route avec ses disciples. Il arrive dans un village où il reçoit l’hospitalité de deux soeurs. C’est bien différent du village samaritain qui avait refusé de le recevoir au début du chapitre mais il semble qu’il y avait bien des gens qui étaient prêts à lui offrir l’hospitalité. Il y en a sur qui Jésus savait qu’il pouvait compter comme cet hôte inconnu à qui il demanda l’usage d’une pièce à l’étage pour célébrer la Pâque à Jérusalem, alors que la ville à ce moment déborde de visiteurs.

Marthe est la maîtresse de maison et elle  s’affaire à remplir ce rôle qui est tout à fait normal. Elle se plaint de ce que sa soeur, elle, tient un rôle qui n’est pas normal du tout pour une femme. Elle est assise aux pieds de Jésus et écoute ses paroles: elle est dans la position d’un disciple qui écoute les instructions de son maître. Or les avis des rabbins sont catégoriques: il ne faut pas enseigner la Loi à une femme. Non seulement Jésus parle pour elle mais encore il ne veut pas qu’on la dérange.

En brisant cet interdit, Jésus montre que la condition de disciple n’est pas réservée à des hommes. C’est une leçon qui n’a pas été perdue pour les communautés chrétiennes. Mais il y a plus que cela.

On a mentionné au début du chapitre, que le grand commandement était l’amour de Dieu et l’amour du prochain. A la suite de cela, pour donner une illustration de l’amour du prochain, Jésus a donné l’exemple du bon Samaritain, pourtant un ennemi des Juifs, qui venait en aide à quelqu’un de blessé.

Après l’amour du prochain, l’évangéliste revient à l’amour de Dieu qui a son illustration dans la scène que nous avons.  L’écoute de la Parole est une forme de l’amour de Dieu et l’amour de Dieu est le premier commandement. Cette écoute est une forme de l’amour parce que dans la Parole il y a une présence de Dieu. C’est pour cela que, dans la première apparition de Jésus ressuscité aux disciples, la première chose que Jésus fait après s’être fait reconnaître fut : Alors, il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence des Écritures. (Luc 24,45) Pour Luc, Marie est donc un modèle parfait de disciple. Pour les disciples, dans le passage qui suit, Jésus donnera une autre forme de l’amour de Dieu : il leur enseignera le Notre Père.

Jean Gobeil SJ

2022/07/28 – Mt 13, 47-53

La parabole du filet de pêche est propre à Matthieu et termine le groupe des paraboles rassemblées par lui. Cette parabole aussi commence par les mots : Le Royaume des cieux est comparable à ….. Elle parle d’un filet qu’on jette à la mer et qu’on retire quand il est plein. On l’apporte sur le rivage et on fait le tri; ce qui est bon, on le met dans des paniers et on rejette ce qui ne vaut rien. Ainsi en sera-t-il à la fin du monde: les méchants seront séparés des justes et leur punition est décrite en termes classiques de feu et de grincements de dents. Jésus demande alors: Avez-vous compris tout cela? Ils répondent oui. Il suggère alors qu’ils devraient faire comme un scribe, devenu chrétien, qui tire de son trésor du neuf et de l’ancien.

La parabole elle-même reprend le thème de la parabole de l’ivraie : il y a un temps pour ramasser les poissons et un autre temps pour faire le triage des bons et des mauvais. Le mal est encore présent en même temps que le Royaume mais cela ne veut pas dire qu’il est victorieux. Le temps du jugement viendra.

Ce qui suit est comme une conclusion de tout le discours en paraboles. Quand Jésus demande: Avez-vous compris tout cela ? Il entend toutes les explications sur le Royaume. Les disciples répondent qu’ils ont compris la nature du Royaume, sa situation dans le monde où le mal est encore présent, la promesse de son développement, sa puissance invisible mais bien réelle et capable de soulever le monde, ses exigences. Ce sont les mystères cachés que Jésus vient révéler et instaurer ainsi une ère nouvelle.

La dernière partie qui parle d’un scribe devenu chrétien est vu comme un portrait de l’auteur (ou du rédacteur final) de l’évangile. Avec 41 citations de l’Ancien Testament dont 20 sont exclusives à Matthieu, l’auteur doit avoir une connaissance comme celle des scribes. A différents endroits, il montre un respect spécial pour l’Ancien Testament. Quand il parle de son trésor comme contenant du neuf et de l’ancien, on pense d’abord aux paroles de Jésus comme le neuf et à l’Ancien Testament pour l’ancien. C’est ce que feront les commentateurs chrétiens : ils reliront l’Ancien Testament à la lumière des paroles du Christ. Mais on peut voir aussi une présentation de la méthode de Matthieu pour répondre aux situations nouvelles que vit sa communauté. L’ancien représente alors les paroles du Christ qui trouvent des applications nouvelles avec le temps de l’Église. C’est donc une invitation à commencer par retourner aux paroles du Christ et à les écouter,  pour découvrir comment ces paroles restent présentes dans des situations nouvelles pour nous inspirer.

Jean Gobeil SJ

2022/07/27 – Mt 13, 44-46

La première parabole de ce texte compare le Royaume des cieux à un trésor caché dans un champ qu’un homme découvre. Pour acheter le champ qui le contient, il va vendre tout ce qu’il a.

La seconde parle d’une perle exceptionnelle qu’un marchand de perles découvre. Pour acquérir cette perle unique, il vend toutes ses perles et l’achète.

Il est à remarquer que ces deux paraboles, comme l’explication de la parabole de l’ivraie juste avant, ne sont pas données à la foule mais aux disciples. Après avoir parlé à la foule, Jésus est venu à la maison (Matthieu, 13,36). C’est là que des disciples lui ont demandé l’explication de la parabole de l’ivraie. Et Jésus a enchaîné avec les deux paraboles que nous avons.

Le sens immédiat est clair: celui qui découvre le Royaume dans les paroles de Jésus est prêt à sacrifier toutes ses anciennes sécurités.

On peut remarquer que ce qui est sacrifié pour obtenir un trésor qui représente le Royaume des cieux n’est pas présenté comme quelque chose de mauvais. Ce n’est pas mauvais pour un marchand de perles d’avoir des perles. Mais il est prêt à aller jusque là. Ceci rappelle un point important de la proclamation de l’approche, ou de la présence du Royaume, ou du fait de la Résurrection: dans ces trois proclamations, on demande une conversion. C’est toujours le même mot grec qui est employé (meta-noia) et qui connote une transformation (comme dans meta-morphose). Ce n’est pas seulement du regret pour le mal ou une purification du mal mais encore un retournement complet, une transformation de l’esprit qu’il faut être prêt à accepter pour avoir accès au Royaume.  Une illustration de cette transformation est la conversion de Paul telle qu’il la décrit. Toutes ses prérogatives comme hébreu, fils d’hébreu, instruit par Gamaliel, observateur rigoureux de la Loi, tout cela devient pour lui comme de la paille inutile.

Les deux  paraboles rappellent donc aux membres de la communauté de Matthieu que le Royaume de Dieu non seulement occupe la première place, il occupe même toute la place: on n’est pas membre du Royaume en plus d’être membre d’autres choses.

Jean Gobeil SJ

2022/07/26 – Mt 13, 36-43

C’est l’explication de la parabole de l’ivraie dans laquelle des serviteurs découvrent qu’il y a de l’ivraie qui pousse avec le blé et offrent à leur maître d’aller l’arracher. Celui-ci refuse parce qu’il faudrait arracher en même temps du blé. Il va donc laisser pousser les deux et il fera le tri au moment de la moisson. Il suggère que c’est un ennemi qui a semé cette ivraie. L’explication montre que cette parabole est en réalité une allégorie: le champ, c’est le monde; l’ennemi c’est le démon; le bon grain ce sont les fils du Royaume; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais; la moisson, c’est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges, envoyés pour enlever tous ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal. Alors les justes resplendiront comme le soleil.

Après les paraboles de la petite graine de sénevé qui grandit et devient un arbre et celle de la pincée de levain invisible qui fait lever toute une quantité de pâte, pour expliquer que le Royaume a d’abord des débuts modestes et que sa véritable action est invisible, la parabole de l’ivraie vient répondre à une autre question qui inquiète la communauté de Matthieu. On trouve la clé de cette question dans la description des fils du Mauvais.

Ce sont ceux qui font tomber les autres et ceux qui commettent le mal.

Avec le temps, les membres de la communauté ont fait l’expérience qui les a surpris: il y en a encore qui font du mal; il y a eu des défections, des abandons; il a peut-être eu des commencements d’hérésie où des membres de la communauté ont été entraînés dans l’erreur. Comment se fait-il qu’il y ait encore la présence du mal dans le Royaume ?

La réponse est que ce n’est qu’avec la fin du monde que le mal sera définitivement jugé et séparé des justes.

Dans l’intervalle qui est constitué par le temps de l’Église, la patience et la fidélité en dépit de tout sont des vertus nécessaires qu’il faut conserver malgré les difficultés si on veut rester de ces justes qui resplendiront comme le soleil.

Jean Gobeil SJ  

 

2022/07/25 – Mt 20, 20-28

La mère de Jacques et Jean demande à Jésus que ses fils siègent l’un à sa droite et l’autre à sa gauche dans son Royaume. Jésus s’adresse aux deux apôtres et leur demandent s’ils savent ce qu’ils demandent et s’ils sont prêts à boire à sa coupe. Ils affirment pouvoir le faire. Jésus confirme qu’ils auront à le faire mais la récompense, c’est au Père à la donner.

Les onze sont indignés. Jésus leur dit que les grands de la terre font sentir leur pouvoir mais qu’il ne doit pas en être ainsi pour eux. Celui qui veut être grand doit se faire le serviteur des autres. Pour sa part, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie pour les autres.

Jésus avait surnommé les fils de Zébédée, Boanergès c’est-à-dire fils du tonnerre (Marc 3,17). C’est probablement à la suite d’un incident où ils avaient demandé à Jésus s’ils pouvaient ordonner à un feu du ciel de tomber sur un village samaritain qui venait de refuser de les recevoir. Jésus les avait réprimandés à cette occasion. (Luc 9,54)

Ils sont évidemment de ceux qui croient que le pouvoir doit se faire sentir et ils croient aussi que c’est le genre de royaume que le Christ veut instaurer.

Les autres disciples ne sont pas différents. Ils sont indignés de s’être faits damer le pion par la mère de Jacques et Jean.

La réponse de Jésus est non seulement un avertissement pour ceux qui sont en autorité dans la communauté mais c’est aussi la révélation d’un trait important de la personnalité et du rôle du Christ. Il n’est pas venu pour dominer ni pour être servi mais pour servir. Il réalise la prophétie d’Isaïe à propos d’un serviteur de Dieu qui donne sa vie pour justifier une multitude (Isaïe 53,10).

Luc a retenu la phrase: Le plus grand est celui qui sert (22,24).

Le titre du souverain pontife est précédé des deux lettres: SS, ce qui signifie Serviteur des serviteurs ( Servus servorum), pour répondre à la demande du Christ. Ce qui rappelle aussi que tout chrétien doit être un serviteur, une personne pour les autres.

Jean Gobeil SJ  

 

2021/07/31 – Mt 14, 1-12

Hérode Antipas apprend la renommée de Jésus. Il pense que son pouvoir de faire des miracles lui vient de ce qu’il est ressuscité des morts et que ce ressuscité doit être Jean Baptiste qu’il a fait arrêter parce qu’il condamnait son mariage avec Hérodiade, la femme de son demi-frère Philippe. Lors d’une fête en l’honneur de l’anniversaire de naissance d’Hérode et en présence de nombreux dignitaires, il promet à la fille d’Hérodiade qui l’a enthousiasmé par une danse de lui donner ce qu’elle voudrait. A la suggestion de sa mère elle demande la tête de Jean Baptiste. Hérode, très contrarié, doit satisfaire la demande pour ne pas perdre la face. Les disciples de Jean réclamèrent alors le corps pour l’ensevelir et rapportèrent la nouvelle à Jésus.

Un peu avant cet épisode, Jésus a été rejeté par les gens de Nazareth lors de sa première prédication. On ne pouvait accepter que le fils d’un charpentier soit un prophète ou un sage. Maintenant que la nouvelle de sa popularité parvient aux oreilles d’Antipas, c’est l’annonce d’un danger plus sérieux: celui du pouvoir politique.

C’est de Rome qu’Antipas tient sa position de tétrarque de Galilée. En retour, il doit assurer la paix dans son territoire. Dès le début de son règne, il avait réussi à saisir et exécuter Judas le galiléen, une sorte de révolutionnaire et de bandit qui avait toujours échappé à son père Hérode le Grand. Ensuite ce fut Jean Baptiste qui attirait les foules. L’historien Flavius Josèphe, qui est seulement une génération après les événements, dit qu’Hérode, voyant que la foule était exaltée en entendant parler Jean et que les gens, une fois retournés dans les diverses parties du pays, semblaient prêts à suivre en tout les directives de Jean, eut peur d’une révolte générale. Donc, pour une raison de sécurité, il fit arrêter Jean mais commit le crime de le faire exécuter. Cette explication n’est pas incompatible avec l’explication de Matthieu, même si Flavius ne mentionne pas le banquet mais nous donne le nom de la fille d’Hérodiade: Salomé.
Pour son auditoire romain, Flavius ne parle pas de Jean comme d’un prophète mais donne un équivalent: il était un homme sage et bon. Flavius voit que c’est pour ce crime qu’Hérode fut puni par la guerre que lui fit le beau-père de l’épouse qu’il avait renvoyée, Arétas, roi des Nabatéens à l’est de la Mer Morte.

Le récit de Matthieu indique donc que ce n’est pas une bonne chose pour Jésus que d’inquiéter Hérode. Luc dira un peu plus tard que des Pharisiens avertirent Jésus : Pars et vas-t-en d’ici car Hérode veut te tuer. (13,31) Mais le récit de Matthieu montre autre chose. Jean était le précurseur, celui qui annonçait et préparait le Messie. Sa fin est celle d’un précurseur: elle annonce la fin de Jésus. Lui aussi sera arrêté par le pouvoir religieux et politique et exécuté. Sa mort sur une croix sera la peine réservée aux révolutionnaires, à ceux qui menacent la paix de l’état. Les disciples Jean Baptiste comme ceux de Jésus iront prendre son corps et l’ensevelir. La note finale, les disciples de Jean allèrent en informer Jésus, est plus qu’une information: elle est un avertissement, une prémonition.

Jean Gobeil SJ 

2021/07/30 – Mt 13, 54-58

Jésus retourne dans son pays, c’est-à-dire à Nazareth. Il enseigne dans la synagogue et les gens s’étonnent de sa façon d’enseigner avec autorité. En même temps, on est choqué (scandalisé) parce qu’on ne sait pas d’où lui viennent cette sagesse et ces miracles alors qu’on sait d’où il vient: il est le fils du charpentier et on connaît sa parenté. A cause de leur manque de foi, Jésus ne fit pas beaucoup de miracles.

Jésus enseigne dans leur synagogue: la façon de parler de Matthieu indique que la communauté de Matthieu est rendue à un moment où ils se sentent exclus de la synagogue juive. Ainsi la scène où Jésus est sinon exclus du moins refusé par la synagogue de son propre village leur montre que Jésus aussi est passé par là.

Matthieu a déjà dit (7,29) que Jésus, dans sa prédication aux foules, enseignait en homme qui a autorité et non comme leurs scribes. Ici, on est frappé par sa sagesse mais Matthieu ajoute, ils étaient choqués. Le mot dans le texte grec est scandalisés. Le sens original de scandaliser est mettre un obstacle. Littéralement, ils étaient scandalisés c’est-à-dire ils avaient frappé un obstacle. Et l’obstacle qui les empêche de reconnaître que cette sagesse vient de Dieu est le fait qu’ils pensent savoir d’où il vient: il n’a pas étudié aux pieds d’un rabbin célèbre; il est seulement le fils du charpentier et sa parenté est bien connue. A cause de cela, ils refusent de croire que cette sagesse puisse venir de Dieu et qu’il soit un vrai prophète.

Ils ont entendu parler des miracles qu’il faisait mais Jésus ne fit pas beaucoup de miracles à Nazareth. Marc est plus catégorique: il ne pouvait faire là aucun miracle si ce n’est quelques-uns. Le miracle est un signe qu’il y a eu une rencontre dans la foi entre une personne et Jésus. A Nazareth, l’obstacle de penser connaître son origine empêche cette rencontre. La rencontre du fils du charpentier les empêche de rencontrer le vrai Prophète venu de Dieu.

Jean Gobeil SJ 

2021/07/29 – Lc 10, 38-42

Une femme nommée Marthe reçoit Jésus dans sa maison. Pendant qu’elle s’occupait du service, Marie, sa soeur, écoutait les paroles de Jésus, assise aux pieds du Seigneur. Marthe se plaint que sa soeur ne l’aide pas. Mais Jésus déclare que Marie a choisi la meilleure part et qu’elle ne lui sera pas enlevée.

Le texte commence par dire en passant que Jésus était en route avec ses disciples. Il arrive dans un village où il reçoit l’hospitalité de deux soeurs. C’est bien différent du village samaritain qui avait refusé de le recevoir au début du chapitre mais il semble qu’il y avait bien des gens qui étaient prêts à lui offrir l’hospitalité. Il y en a sur qui Jésus savait qu’il pouvait compter comme cet hôte inconnu à qui il demanda l’usage d’une pièce à l’étage pour célébrer la Pâque à Jérusalem, alors que la ville à ce moment déborde de visiteurs.

Marthe est la maîtresse de maison et elle s’affaire à remplir ce rôle qui est tout à fait normal. Elle se plaint de ce que sa soeur, elle, tient un rôle qui n’est pas normal du tout pour une femme. Elle est assise aux pieds de Jésus et écoute ses paroles: elle est dans la position d’un disciple qui écoute les instructions de son maître. Or les avis des rabbins sont catégoriques: il ne faut pas enseigner la Loi à une femme. Non seulement Jésus parle pour elle mais encore il ne veut pas qu’on la dérange.

En brisant cet interdit, Jésus montre que la condition de disciple n’est pas réservée à des hommes. C’est une leçon qui n’a pas été perdue pour les communautés chrétiennes. Mais il y a plus que cela.
On a mentionné au début du chapitre, que le grand commandement était l’amour de Dieu et l’amour du prochain. A la suite de cela, pour donner une illustration de l’amour du prochain, Jésus a donné l’exemple du bon Samaritain, pourtant un ennemi des Juifs, qui venait en aide à quelqu’un de blessé.

Après l’amour du prochain, l’évangéliste revient à l’amour de Dieu qui a son illustration dans la scène que nous avons. L’écoute de la Parole est une forme de l’amour de Dieu et l’amour de Dieu est le premier commandement. Cette écoute est une forme de l’amour parce que dans la Parole il y a une présence de Dieu. C’est pour cela que, dans la première apparition de Jésus ressuscité aux disciples, la première chose que Jésus fait après s’être fait reconnaître fut : Alors, il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence des Écritures. (Luc 24,45) Pour Luc, Marie est donc un modèle parfait de disciple. Pour les disciples, dans le passage qui suit, Jésus donnera une autre forme de l’amour de Dieu: il leur enseignera le Notre Père.

Jean Gobeil SJ 

2021/07/28 – Mt 13, 44-46

La première parabole de ce texte compare le Royaume des cieux à un trésor caché dans un champ qu’un homme découvre. Pour acheter le champ qui le contient, il va vendre tout ce qu’il a.
La seconde parle d’une perle exceptionnelle qu’un marchand de perles découvre. Pour acquérir cette perle unique, il vend toutes ses perles et l’achète.

Il est à remarquer que ces deux paraboles, comme l’explication de la parabole de l’ivraie juste avant, ne sont pas données à la foule mais aux disciples. Après avoir parlé à la foule, Jésus est venu à la maison (Matthieu, 13,36). C’est là que des disciples lui ont demandé l’explication de la parabole de l’ivraie. Et Jésus a enchaîné avec les deux paraboles que nous avons.

Le sens immédiat est clair: celui qui découvre le Royaume dans les paroles de Jésus est prêt à sacrifier toutes ses anciennes sécurités.

On peut remarquer que ce qui est sacrifié pour obtenir un trésor qui représente le Royaume des cieux n’est pas présenté comme quelque chose de mauvais. Ce n’est pas mauvais pour un marchand de perles d’avoir des perles. Mais il est prêt à aller jusque là. Ceci rappelle un point important de la proclamation de l’approche, ou de la présence du Royaume, ou du fait de la Résurrection: dans ces trois proclamations, on demande une conversion. C’est toujours le même mot grec qui est employé (meta-noia) et qui connote une transformation (comme dans meta-morphose). Ce n’est pas seulement du regret pour le mal ou une purification du mal mais encore un retournement complet, une transformation de l’esprit qu’il faut être prêt à accepter pour avoir accès au Royaume. Une illustration de cette transformation est la conversion de Paul telle qu’il la décrit. Toutes ses prérogatives comme hébreu, fils d’hébreu, instruit par Gamaliel, observateur rigoureux de la Loi, tout cela devient pour lui comme de la paille inutile.

Les deux paraboles rappellent donc aux membres de la communauté de Matthieu que le Royaume de Dieu non seulement occupe la première place, il occupe même toute la place: on n’est pas membre du Royaume en plus d’être membre d’autres choses.

Jean Gobeil SJ