19e Semaine Ordinaire

2021/08/13 – Mt 19, 3-12

By mardi 3 août 2021 No Comments

Des pharisiens veulent embarrasser Jésus en lui demandant s’il est permis de renvoyer sa femme pour n’importe quel motif. Jésus attaque l’idée de divorce en citant le texte de la Genèse, l’homme s’attachera à sa femme et tous deux ne feront plus qu’un et conclut en disant : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas.

Les pharisiens répliquent en demandant pourquoi Moïse a-t-il dit de rédiger un acte de divorce avant la séparation. Jésus répond que Moïse a fait cette concession à cause de leur endurcissement. Il ajoute que quiconque renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, pour en épouser une autre commet un adultère.

Les disciples déclarent que si c’est ainsi alors il n’y a pas d’intérêt à se marier. Jésus parle alors du célibat et mentionne le cas particulier de ceux qui ne se marient pas à cause du Royaume des cieux. La remarque finale est une invitation aux disciples à bien comprendre tout cela.

La question des pharisiens ne porte pas sur le divorce, que tous admettent, mais bien sur les motifs qui justifient le divorce ce qui est une question très discutée. Une école admet n’importe quel motif, important ou pas, comme justification du divorce. Tandis qu’une école rigoriste exige des motifs sérieux. C’est donc une bonne question pour embarrasser Jésus.

Mais Jésus attaque directement le divorce qu’ils admettent. L’union de l’homme et de la femme est comme l’unité d’un seul corps et c’est une institution voulue par Dieu. Et une institution humaine, comme le divorce, ne peut abolir l’institution divine. Jésus fait une seule exception, une union illégitime, ce qui semble bien recouvrir les cas de consanguinité que la Loi interdit mais que les païens et en particulier les nobles dans l’empire romain acceptaient sans difficulté. Hérode Antipas, tétrarque de Galilée, avait bien épousé Salomé, la fille de son demi-frère.

La position de Jésus est claire: l’homme n’est pas le maître de la femme et ne peut se comporter en propriétaire alors qu’en Israël seulement l’homme pouvait entreprendre le divorce. L’homme vient donc de perdre un avantage, ce que les disciples remarquent. C’est la transition qui permet à Jésus de parler du célibat qui n’était pas considéré comme normal à moins que ce soit pour une cause physique. Or Jésus considère comme une possibilité de choisir le célibat à cause du Royaume des cieux. C’est d’ailleurs la manière dont Jésus a vécu et le modèle que saint Paul suivra. Jésus ne dit pas que c’est un état de vie supérieur à celui du mariage mais quelqu’un peut comprendre que sa disponibilité pour le Royaume va jusque là. Celui qui peut comprendre qu’il comprenne.

Jean Gobeil SJ