18e Semaine Ordinaire

2021/08/04 – Mt 15, 21-28

By mardi 3 août 2021 No Comments

A la suite de controverses avec les pharisiens, les disciples ont averti Jésus que ceux-ci étaient choqués. Jésus a quitté le territoire juif pour aller du côté de Tyr. Une femme vient le supplier de guérir sa fille. Jésus ne répond pas. Elle continue à le supplier. Les disciples interviennent pour lui demander de la satisfaire pour qu’elle s’en aille. Jésus répond que sa mission, la mission du messie, est auprès d’Israël. La femme vient se prosterner devant lui. Jésus donne une sorte d’explication de son refus. La femme persiste et montre sa confiance. Jésus loue sa foi et lui accorde ce qu’elle veut. La façon dont Matthieu change le récit de cet événement qui se trouvait dans Marc indique que la leçon qu’on peut en tirer est importante pour son auditoire judéo-chrétien qui a encore des hésitations à accepter des non-juifs comme chrétiens.

Pour Marc, la femme était une grecque. Pour Matthieu elle est une Cananéenne. Les rabbins juifs qui acceptaient des païens qui se convertissaient au judaïsme n’acceptaient pas des Cananéens parce que pour eux une conversion n’était pas seulement un changement de religion mais supposait tout un changement de culture, de cette culture qui avait toujours été une tentation pour Israël. L’auditoire de Matthieu a dû frémir en entendant la mention de Cananéenne. Matthieu met ensuite dans la bouche de cette femme une prière comme celle que font les judéo-chrétiens: “Seigneur, Fils de David”.

A la suite de la prière répétée de la femme, Matthieu introduit le dialogue des disciples avec Jésus. Ils lui demandent de lui accorder ce qu’elle demande. Cette addition permet d’expliquer le rôle du Messie. Les prophètes ont vu dans le futur un Messie qui convertirait Israël. Israël deviendrait alors une lumière pour les nations, c’est-à-dire que les nations viendraient alors se convertir à Israël. La mission du Messie est donc d’abord avec Israël. Dans cette perspective, la demande de la femme devient une exception énorme à la mission prévue pour un Messie et Jésus va faire cette exception en pleine connaissance de cause.. Jésus fait alors un échange avec la femme, un échange qui lui permet de révéler toute sa foi. Jésus, d’une parole, lui accorde ce qu’elle demande mais il ajoute en outre un éloge de sa foi, la foi d’une païenne qui n’appartient en aucune façon à Israël. Cette exception, avec la mention du rôle du Messie, se trouvait donc à couper l’objection de ceux qui étaient réticents à accepter des païens dans leur communauté et montrait en outre qu’on ne peut enfermer l’action de Jésus dans un modèle fixé d’avance.

Jean Gobeil SJ