15e Semaine Ordinaire

2021/07/13 – Mt 11, 20-24

By lundi 28 juin 2021 No Comments

Jésus déclare malheureuses des villes où il a fait des miracles qui auraient dû servir de signes pour inviter à la conversion. Les trois villes mentionnées sont près du lac de Gennésareth et Capharnaüm, sa ville, est mentionnée parmi elles. Elles sont mises en comparaison avec trois villes païennes qui auraient fait beaucoup mieux si elles avaient eu la chance de voir ces miracles.

Jésus vient de parler de cette génération, c’est-à-dire ceux qui le rejettent après avoir rejeté Jean Baptiste. Jean Baptiste était un ascète vivant dans le désert et il avait un message sévère: on l’a rejeté en prétextant qu’il était possédé du démon. Jésus a un message qui est une Bonne Nouvelle: la venue du Royaume de Dieu signifie que le salut des pécheurs est arrivé. Jésus va aux pécheurs et même mange avec eux. On le rejette en prétextant qu’il est un glouton.

Jésus maintenant donne des exemples concrets de cette génération.

Les prophètes avaient coutume de proférer des malédictions contre les villes ennemies d’Israël. Jésus emploie le même style mais c’est pour trois villes près du lac de Gennésareth: Corazin, Bethsaïde et Capharnaüm qui était pourtant le centre du ministère de Jésus. Elles sont blâmées de n’avoir pas commencé leur conversion à la suite de tous les miracles que Jésus avait faits chez elles.

On voit le sens que Jésus donnait aux miracles. Ils sont des signes d’une présence et d’une intention de Dieu. Ils demandent une réponse.

Jésus met en contraste avec les trois villes d’Israël trois villes païennes: deux villes du Liban, Tyr et Sidon, et Sodome qui, dans l’Ancien Testament, représente une ville complètement dégénérée. Jésus déclare que si ces villes avaient eu la chance de voir les mêmes miracles que ces villes d’Israël, elles auraient donné des signes de conversion depuis longtemps.

Cette appréciation de villes païennes fait penser à l’épisode du centurion, un non-juif, qui avait dit à Jésus qu’il pouvait guérir son serviteur simplement en l’ordonnant. Jésus avait loué sa foi:
En vérité, je vous le dis, chez personne je n’ai trouvé une telle foi en Israël. (Matthieu 8,10)

C’est une suggestion qu’en tant que Messie d’Israël pour le présent, Jésus n’exclut pas un intérêt et des perspectives au-delà d’Israël. L’épisode du centurion (Mt. 8, 10-11) suggérait explicitement que ceux qui n’avaient pas répondu au message de Jésus alors qu’ils avaient sous les yeux les signes qu’il donnait seraient remplacés par d’autres.

Mais il y a aussi un avertissement pour ceux qui ont reçu la Bonne Nouvelle, les auditeurs de l’évangile de Matthieu. Ils ont reçu d’avantage. Ils ont donc une plus grande responsabilité de répondre à ce qu’ils ont reçu.

Jean Gobeil SJ