Semaine Saint Sacrement

2021/06/07 – Mt 5, 1-12

By mercredi 19 mai 2021 No Comments

Jésus gravit la montagne et s’assit (pour enseigner). Les disciples s’approchèrent. Il leur enseignait:
Bienheureux les pauvres en esprit (quant au coeur), le Royaume des cieux est à eux.
Bienheureux les doux (les humbles): ils obtiendront la Terre (promise).
Bienheureux ceux qui sont dans le deuil: ils seront consolés.
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de la justice: ils seront rassasiés.
Bienheureux les miséricordieux: ils obtiendront miséricorde.
Bienheureux les purs quant au coeur: ils verront Dieu.
Bienheureux les artisans de paix: ils seront appelés fils de Dieu.
Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice: le Royaume des cieux est à eux.
Bienheureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute, si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi.
Réjouissez-vous. Soyez dans l’allégresse car votre récompense sera grande dans les cieux.
C’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Les béatitudes, comme tout le sermon sur la montagne, s’adressent à des disciples, des gens qui ont déjà accepté Jésus comme le Christ, l’envoyé de Dieu. Avec lui, le Royaume est déjà présent d’une certaine manière: remarquez le verbe au présent dans la première et la huitième béatitude.

C’est le Christ qui apporte la réalisation des promesses et des attentes de l’Ancien Testament. Ainsi, par exemple, la seconde béatitude est l’écho du 37,11 : Les humbles posséderont la terre, réjouis d’une grande paix. Ces humbles, ou doux, ou ces petits (les anawims Yahvé), ou les “pauvres” (ceux qui n’ont rien à revendiquer mais comptent uniquement sur Yahvé), ce sont eux que Yahvé écoutent, dit le Ps.34.

Pour montrer qu’il y a un contraste entre les valeurs du Royaume et celles du Monde, la venue du Royaume montre un renversement des valeurs qu’on voyait déjà dans les venues de Yahvé dans l’Ancien Testament et dans le Magnificat de Marie, par exemple. Mais les verbes au futur nous rappellent que ce renversement ne sera complètement réalisé qu’avec le retour glorieux du Christ. Le Royaume est déjà présent mais les forces du mal (derrière les persécutions) et les limites humaines (les deuils) ne sont pas disparues. Mais ce qui fait que des faibles peuvent être dits bienheureux est le fait que dans leur faiblesse ils s’appuient essentiellement sur le Christ qui a vécu ces béatitudes : Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger.

Jean Gobeil SJ