6e Semaine de Pâques

2021/05/15 – Jn 16, 23b-28

By samedi 17 avril 2021 No Comments

À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Oui, je vous le déclare, c’est la vérité : le Père vous donnera tout ce que vous lui demanderez en mon nom. 24 Jusqu’à maintenant, vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez et vous recevrez, et ainsi votre joie sera complète. » 25 « Je vous ai dit tout cela en utilisant des paraboles. L’heure vient où je ne vous parlerai plus ainsi, mais où je vous annoncerai clairement ce qui se rapporte au Père. 26 Ce jour-là, vous adresserez vos demandes au Père en mon nom ; et je ne vous dis pas que je le prierai pour vous, 27 car le Père lui-même vous aime. Il vous aime parce que vous m’aimez et que vous croyez que je suis venu de Dieu. 28 Je suis venu du Père et je suis venu dans le monde. Maintenant je quitte le monde et je retourne auprès du Père. »

Dans l’Évangile de Jean, toutes les paroles et tous les signes opérés par Jésus possèdent une double signification, qui provient de la double dimension de sa personne, à la fois humaine et divine. Jésus, Fils de Dieu et Fils de l’homme, a une nature visible, et c’est à travers son humanité que le croyant découvre sa divinité. Tout ce qui provient de Jésus possède donc ces deux dimensions, humaine et divine. Ce sont des signes dont il faut découvrir la face cachée à travers la réalité sensible. Telle est la révélation du Père par l’intermédiaire de son Fils incarné dans notre monde.

Même pour les disciples de Jésus, tout était énigmatique, parce que leur foi n’était pas parfaite et que la lumière de l’Esprit leur manquait. « C’est par ta lumière que nous voyons la lumière », s’écrie le psalmiste. (Ps 36,10) Mais « l’heure vient » où l’Esprit sera la lumière de tous les disciples du Christ: il leur rappellera et leur expliquera tout ce que Jésus a dit et fait. Telle est la richesse et la garantie de la tradition chrétienne, mouvement de vie et de pensée à travers les siècles, dirigée par l’Esprit du Christ Jésus.

Tous les disciples de Jésus comprendront alors que le Christ est si étroitement uni au Père – « Moi et le Père, nous sommes un » (10,30) – que la prière au nom de Jésus est la même que celle qu’ils adressent au Père.

Jésus rappelle le cœur de la foi chrétienne, avec les trois moments de sa carrière (v.28). Il préexistait en Dieu avant la création du monde, « Au commencement était le Verbe ». Il s’est incarné en venant dans le monde « Et le Verbe s’est fait chair ». Il retourne maintenant dans la gloire du Père, « Père, glorifie ton Fils pour que le Fils te glorifie. » (Jn 17,1)

Jean-Louis D’Aragon SJ