6e Semaine de Pâques

2021/05/11 – Jn 16, 5-11

By samedi 17 avril 2021 No Comments

Jésus parle de son départ et s’étonne que les disciples ne lui demandent pas: Où vas-tu? Mais cette annonce de départ les remplit de tristesse. Pour les consoler il veut leur montrer que ce départ va leur apporter quelque chose d’important. Son absence sera comblée par la venue du Paraclet, le Défenseur qui est l’Esprit Saint, envoyé par lui alors qu’il est dans sa gloire. L’Esprit fera comprendre que le péché c’est de ne pas croire dans le Christ, le Fils envoyé par le Père. Il fera comprendre où est le bon droit en montrant que Jésus est retourné dans la gloire du Père. Il montrera qui est déjà jugé et condamné: le prince de ce monde.

Le sujet de l’étonnement de Jésus sur le manque de questions des disciples nous rappelle que déjà Pierre et Thomas avaient poser des questions sur le but du départ de Jésus (Jean 13,36; 14,5). Ceci montre bien que notre texte représente une autre tradition des événements durant la dernière Cène. Pour les besoins de la communauté de Jean, le récit a été ajouté à l’évangile qui contenait déjà le premier discours d’adieu. Le rédacteur considérait ce récit comme trop important pour oser le corriger ou pour harmoniser les détails qui ne coïncidaient pas avec le premier discours d’adieu.

Ce texte vient donc encourager non seulement les disciples à la Cène mais encore la communauté de Jean en leur rappelant le rôle de l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint fera voir aux disciples que le monde, non pas celui que Jésus est venu sauver (Jean 3,16-17) mais celui qui représente des valeurs opposées à celle du Royaume de Dieu, est dans le péché et que son péché suprême a été de mettre à mort le Fils de Dieu. Le péché est donc le refus de croire que Jésus est le Fils de Dieu, envoyé par le Père.

Ensuite c’est l’Esprit qui fera voir que la mort humiliante du Christ n’est pas le résultat de la domination des forces du mal mais que c’est le passage, l’exaltation vers le Père et la victoire de Jésus sur la mort et les forces du mal. C’est ce que le texte appelle montrer le bon droit de Jésus. La mort du Christ est le passage à sa glorification (Luc 24,26).

Enfin c’est l’Esprit qui fait voir que la condamnation de Jésus est en fait la condamnation du Prince du monde; il peut continuer à agir jusqu’à la fin mais sa défaite est déjà réalisée avec la venue du Royaume de Dieu.

Jean Gobeil SJ