L'évangile de mardi (Mt 9, 32-38)

On présente à Jésus un muet dont le mal est attribué à un esprit mauvais. Quand l’esprit est chassé le muet se met à parler et la foule est dans l’admiration mais les pharisiens attribuent le pouvoir de Jésus à une association avec le chef des démons. Suit un sommaire de l’activité de Jésus: il proclame la Bonne Nouvelle à travers villes et villages et dans les synagogues en faisant de nombreuses guérisons. Il a pitié des foules qui sont comme des brebis sans berger. Il recommande à ses disciples de prier Dieu d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

L’épisode précédent racontait que Jésus avait guéri deux aveugles en touchant leurs yeux. Avec maintenant la guérison d’un muet, Matthieu montre l’accomplissement de la prophétie d’Isaïe:  C’est lui, Dieu, qui vient vous sauver. Alors se dessilleront les yeux des aveugles et les oreilles des sourds s’ouvriront. Alors le boiteux bondira comme un cerf et la langue du muet criera de joie. (Isaïe, 35,4-6)

C’est Dieu qui vient et la foule reconnaît la nouveauté de l’action de Jésus : Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël.

L’accueil de la foule est favorable mais en face le groupe d’opposition se durcit. Les scribes se sont scandalisés des paroles de Jésus; les pharisiens ont critiqué Jésus parce qu’il mangeait avec des publicains; les disciples de Jean Baptiste l’ont critiqué de ne pas faire jeûner ses disciples. Ici les pharisiens se durcissent et attribuent ses guérisons à Satan.

Mais Jésus continue de proclamer la Bonne Nouvelle aux gens de bonne volonté et les foules qui cherchent suscitent sa pitié. Il faudrait des pasteurs pour les instruire. Il recommande aux disciples d’en faire la demande au Père.

Dans le Royaume, l’intercession pour les autres est importante. Jésus lui-même, en plusieurs occasions, se montre sensible à une démarche de demande en faveur de quelqu’un. Quand des porteurs emmènent auprès de Jésus un paralytique, Jésus voyant leur foi dit au paralytique de se lever et il est guéri. La foi des porteurs est décisive dans la guérison du malade.

Luc rapporte l’histoire du centurion qui avait un serviteur qui lui était cher et qui était malade. Ce centurion envoie des anciens auprès de Jésus pour lui demander de guérir son serviteur. Ceux-ci recommandent vivement ce non-juif à Jésus qui se met aussitôt en marche pour aller chez lui.

La prière des disciples est donc importante pour que le Père envoie des ouvriers dans sa vigne. L’Église a retenu le message: c’est pour cela qu’elle a proclamé Thérèse de l’Enfant Jésus, une carmélite cloîtrée, patronne des missions.

Jean Gobeil SJ

 

 

Tournée virtuelle