L'évangile du vendredi - (Jn 20, 24-29) - St Thomas

Thomas n’était pas avec les autres disciples quand Jésus était venu. Eux lui disaient: Nous avons vu le Seigneur! Mais Thomas déclare qu’à moins de le toucher il ne croira pas. Huit jours plus tard, alors que les portes sont verrouillées, tout à coup Jésus est au milieu d’eux et leur dit: La paix soit avec vous. Puis il dit à Thomas de regarder et de toucher et enfin de croire. Thomas dit alors: Mon Seigneur et mon Dieu. Jésus lui dit : Tu crois parce que tu as vu. Heureux ceux qui croient sans avoir vu.

Le récit commence par une apparition de Jésus. Les portes verrouillées indiquent qu’après sa résurrection Jésus possède une forme de vie complètement nouvelle. Sa présence n’est plus limitée par des portes ou des murs. Il est déjà là et il n’a qu’à vouloir que cette présence devienne visible pour apparaître aux disciples. Les cicatrices de la crucifixion montrent que c’est bien celui qui a vécu avec eux qui a maintenant cette nouvelle vie.

Lorsque Jésus avait décidé de monter dans le territoire de Jérusalem parce que Lazare était mort les disciples avaient été effrayés par le risque qu’il prenait. C’est Thomas qui avait alors exprimé la décision du groupe de disciples en disant :

Allons, nous aussi, pour mourir avec lui. (Jean, 11,16)

Dans le premier discours d’adieux, en parlant d’aller au Père Jésus avait dit : 

Du lieu où je vais vous connaissez le chemin. (Jean 14,5)

Thomas s’était montré réticent. Il ne voyait pas :

Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin ?

Et Jésus lui avait répondu : Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. (Jean 14,6)

Finalement, lui qui invitait les disciples à suivre Jésus pour mourir avec lui il n’est pas capable de croire ces mêmes disciples qui disent l’avoir vu, ressuscité. Il faudra qu’il voit lui-même et il met des conditions. Sa foi aura du chemin à faire et elle le fera pour aboutir à une nouvelle relation avec Jésus, comme Seigneur et comme Dieu. Il n’y aura pas de titres plus élevés à donner à Jésus que ceux de la profession de foi de ce Thomas.

On a l’impression quand on arrive à la dernière phrase de Jésus que tout le récit était une préparation pour cette phrase. Brusquement Jésus parle aux lecteurs de l’évangile! Si Thomas a eu de la difficulté alors que lui pouvait voir faut-il se surprendre qu’il y ait des moments difficiles pour la foi de ceux qui n’ont pas vu. Si Thomas ne connaissait pas le chemin faut-il se surprendre que parfois le chemin ne soit pas évident? C’est en quelqu’un qu’il faut croire, quelqu’un avec son mystère; quelqu’un qui a dit: Mes voies ne sont pas vos voies, et qui pourtant nous a dit de prier en disant:Que ta volonté soit faite.

Jean Gobeil SJ 

Tournée virtuelle