L'évangile du Jeudi (Lc 24, 35-48)

Les disciples d’Emmaüs sont revenus à Jérusalem et racontent aux Onze ce qu’ils ont vécu. Soudain, Jésus est au milieu d’eux.

Hier, nous avons entendu les Onze dirent aux disciples qui revenaient d’Emmaüs: “C’est vrai, le Seigneur est ressuscité, il est apparu à Pierre.” C’est la première proclamation par les Onze.

Avant cela, il y avait les femmes qui avaient eu la vision de deux anges éblouissants qui leur avaient demandé: “Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts?” 

Elles avaient rapporté cela aux Onze. “Et les autres femmes qui étaient avec elles (les 3) le “disaient” aux apôtres (= “répétaient”) mais ces propos leur semblèrent du radotage et ils ne les crurent pas.”   (24,10-11)

Parmi eux, il y avait les deux disciples qui allaient partir pour Emmaüs. Quand Pierre a sa vision, alors les autres acceptent qu’il ait bien vu le Christ.

On est bien avant la Pentecôte et les apôtres ont beaucoup de chemin à faire. D’ailleurs, juste avant l’Ascension (Ac.1,8), il y en a qui demandent encore: “Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël?” Ils sont encore avec l’idée d’un Messie politique: ils pensent encore à faire des référendums!

La vision de Pierre, dont on a aucune description, est certainement une très vieille tradition puisque Paul, dans sa liste des visions du Christ ressuscité (1 Cor.15), lui donne la première place. C’est cette vision qui convainc le reste du groupe des Onze et ainsi Pierre remplit le rôle que Jésus lui avait promis “d’affermir ses frères” (22,32).

C’est important de remarquer que dans cette première proclamation, “le Seigneur est ressuscité”, il y a les Onze et leurs compagnons qu’on retrouve encore au début du texte d’aujourd’hui. Ils vont eux aussi être témoins de la vision du Christ ressuscité. Cet élargissement des participants de l’expérience pascale intéresse Luc parce que c’est une anticipation de ce qui arrivera dans le livre des Actes où on voit des missionnaires qui témoignent ou proclament le Christ ressuscité et qui n’appartiennent pas au groupe des Douze, comme Barnabé, comme les diacres hellénistes. Ils auront un rôle important dans l’expansion de l’Église hors de Jérusalem.

Les disciples d’Emmaüs racontent leur expérience et tout à coup Jésus est au milieu d’eux. “La paix soit avec vous.” C’est une parole pour calmer leur peur. Un bon nombre de manuscrits ont comme parole de Jésus: C’est moi, ne craignez pas: la paix soit avec vous. Ceci nous indique le sens du mot paix ici, car ailleurs paix comme équivalent de shalom veut dire beaucoup plus que cela.

Jésus commence par les rassurer: et ils en ont besoin. Mais le Christ doit aussi leur faire accepter que cette vision est réelle et que celui qu’il voit est bien la même personne que celui avec qui ils ont vécu. Pour cela il est obligé de leur faire une démonstration.

Une fois cette démonstration faite, il fait pour le groupe ce qu’il avait fait pour les disciples d’Emmaüs: “Il leur ouvrit l’esprit à l’intelligence des Écritures.”

Jésus leur dit, en conclusion:  L’Écriture annonçait la conversion de toutes les nations en commençant par Jérusalem. C’est vous qui en êtes les témoins.

C’est la mission de témoigner. Le livre des Actes des apôtres fera la description du cheminement de cette proclamation comme une montée de Jérusalem jusqu’à Rome.  Avec la parole arrivant à Rome qui est le centre de l’empire, la mission est virtuellement réalisée. Et cette mission est maintenant nôtre.

Avec la célébration de la résurrection du Seigneur nous pouvons écouter la parole de Pierre dans l’antienne de la communion: Nous sommes le peuple qui appartient à Dieu; nous sommes chargés d’annoncer les merveilles de celui qui nous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, alléluia.

Jean Gobeil SJ 

 

 

Tournée virtuelle