L'évangile de jeudi (Mc 1, 40-45)

Un lépreux vient à Jésus et le supplie de le purifier: “Si tu le veux, tu peux me purifier”. Jésus tend la main et le touche en disant: “Je le veux, sois purifié”. A l’instant, il est guéri. Jésus lui défend d’en parler mais lui recommande d’aller faire constater la guérison par un prêtre et de faire l’offrande prescrite dans la Loi. Une fois parti, l’homme répand la nouvelle ce qui oblige Jésus à éviter les lieux populeux.

Le lépreux en s’approchant de Jésus viole un interdit. Jésus en le touchant contracte une impureté rituelle. On pourrait penser que Jésus néglige la Loi. Mais ses recommandations à l’homme guéri montre au contraire qu’il respecte la Loi. Cependant, sa mission et les besoins de la charité doivent avoir la priorité sur des lois rituelles. Pour Jésus, la vision est claire et il n’a aucune hésitation.

D’autant plus que la prière du lépreux est un bel acte de foi. Il croit que Jésus a ce pouvoir et en même temps il respecte sa décision. C’est une belle rencontre dans la foi entre le lépreux et Jésus. Et le geste de Jésus qui tend la main et le touche est bien expressif de l’accueil que Jésus accepte de faire à cette foi.

Immédiatement après la guérison, Jésus fait la prescription du silence, ce qui va revenir souvent.

Jésus a dû garder ses distances vis-à-vis différents courants d’idées et pratiques de l’époque. Il respecte la Loi mais se tient loin des interprétations de Pharisiens qui font passer la Loi avant la charité vis-à-vis du prochain si ce n’est pas avant Dieu lui-même, comme le fera Paul avant sa conversion. Jésus respectera le Temple comme lieu de prière mais il se tiendra loin des Sadducéens qui en faisait un lieu de commerce. Il devra garder ses distances vis-à-vis des nationalistes qui voyaient la libération de l’occupation romaine et des taxes comme un devoir religieux. Mais probablement la question la plus délicate était le désir d’un roi, personnage politique ou militaire, qui réaliserait les attentes messianiques et les promesses de Dieu sur Israël. L’enthousiasme des foules pouvaient facilement fausser la mission et la personne de Jésus dans cette direction. C’est ce qui se passe dans notre texte aujourd’hui. Devant une nouvelle guérison, Jésus doit éviter les endroits où la foule pourrait se rassembler trop facilement et s’enthousiasmer pour une image de Jésus qui n’était pas la sienne.

Jean Gobeil SJ 

Tournée virtuelle