L'évangile du mercredi (Mc 1, 29-39) Saint Rémi, évêque de Reims, +v.530

Jésus sort de la synagogue le jour du sabbat et va à la maison de Simon et André. La belle-mère de Simon est sérieusement malade. On parle d’elle à Jésus. Jésus va à elle, la prend par la main et la fait se lever. La fièvre l’a quittée et elle peut les servir. Après le coucher du soleil, alors que le sabbat est fini, on lui amène des possédés et des malades. Il les guérit tous mais il empêche les esprits de parler pour dire qui il était. Avant le lever du soleil, Jésus va prier dans un endroit désert. Simon et ses compagnons le retrouvent mais Jésus décide d’aller ailleurs pour continuer sa mission. Il se met à parcourir la Galilée en proclamant la Bonne Nouvelle.

Jésus va à la maison de Simon qui n’a pas encore reçu son nouveau nom de Pierre. Comme c’est encore le sabbat, cette maison ne peut être loin de la synagogue d’où il vient. On parle à Jésus de la belle-mère de Simon: elle a de la fièvre ce qui est toujours inquiétant. Plusieurs fois, les évangéliste remarqueront que Jésus semble répondre immédiatement à la prière faite pour un autre. Jésus va près d’elle. Il lui prend la main et la fait se lever. La fièvre disparaît. Marc remarque que Jésus n’hésite pas à toucher. Il touche les yeux des aveugles. Il embrasse des enfants. Il brise même des interdits graves: il prend par la main un lépreux. Il ne recule pas devant les malades qui veulent le toucher pour être guéris. La présence et le contact personnel sont importants pour lui.

Le sabbat se termine avec le coucher du soleil et les restrictions sur les déplacements sont terminées. On amène alors les malades à la maison de Simon pour se faire guérir par Jésus. Il y a affluence.

Jésus fait des guérisons et des exorcismes mais il empêche les esprits mauvais de dire qui il est. C’est le commencement de la consigne du silence. Cela reviendra dans les guérisons individuelles alors qu’il recommandera le silence. Le danger était de le prendre seulement comme un guérisseurs des maux physiques et d’oublier que les miracles n’étaient que des signes de la présence du Règne de Dieu.

Le lendemain matin, très tôt, Jésus va tout seul dans un endroit désert pour prier. Il fera la même chose après la multiplication des pains. Il a besoin de prendre de la distance par rapport à l’effervescence et l’enthousiasme de la foule. Il a besoin de retrouver l’intimité avec le Père qu’il nommera dans la prière au jardin de Gethsémani (14,35). Ici, il a besoin de retrouver l’essentiel de sa mission. S’il reste à Capharnaüm, il n’y pas de doute que la foule va continuer d’affluer et de s’enthousiasmer. Le danger est qu’il  soit considéré seulement comme un guérisseur, un thaumaturge.

Quand les disciples le retrouvent, ils confirment ses craintes: Tout le monde te cherche, disent-ils. Jésus décide de reprendre la route à travers la Galilée pour annoncer la Bonne Nouvelle, c’est-à-dire d’annoncer que le Royaume de Dieu est proche.  C’est le coeur de sa mission. C’est pour cela que je suis sorti, dit-il. Ce terme est très fort. C’est une référence à sa pré-existence auprès du Père et à sa divinité. Cette révélation de son identité ne sera comprise qu’après la résurrection. Pour le moment, l’important pour lui est de rester fidèle à sa mission.

Jean Gobeil SJ 

Tournée virtuelle