L'évangile du mercredi (Mt 8, 28-34)

Jésus a traversé du côté est du lac de Génésareth dans un territoire païen. Deux possédés sortent d’un lieu impur, un cimetière, et viennent interpeller Jésus. Les esprits se sentent menacés par celui qu’ils appellent Fils de Dieu et lui demandent, s’il veut les expulser, de les laisser aller rester dans un troupeau de porcs, détail qui indique bien qu’on n’est pas en territoire juif. Jésus leur donne l’ordre: « Allez-y ». Aussitôt que le troupeau sent la présence de ces esprits mauvais, il se précipite dans la mer et périt. Les gardiens du troupeau vont annoncer à la ville ce qui est arrivé aux possédés et au troupeau. Une foule vient vers Jésus pour lui demander de s’éloigner de la région.

Cet épisode se situe après le miracle de la tempête apaisée alors que Jésus a montré à ses disciples qu’il était bien le maître des vents et de la mer. Il débarque en territoire païen, un endroit où les démons et les esprits mauvais ont beaucoup plus de latitude. La façon de parler des esprits le montre. Ils disent à Jésus :  «  De quoi te mêles-tu, Fils de Dieu? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps? »  (TOB)

Le ici montre qu’ils se pensent sur leur territoire. Le temps mentionné se réfère à une croyance de l’époque: les démons seront définitivement vaincus au jugement dernier. Pour le présent, ils sont particulièrement actifs dans les territoires païens et ce qu’ils font faire aux possédés montre comment le mal contamine tout. Non seulement ces possédés sont violents et dangereux pour les passants mais encore, pour venir à Jésus, ils sortent des tombeaux. Ces tombeaux sont des tombes creusées dans le roc ou des cavernes naturelles servant de sépulture. Ils s’abritent donc dans des endroits où il y a des cadavres, ce qui les rend impurs de façon permanente et particulièrement répugnants.

Les démons connaissent la puissance de Jésus; pour ne pas être expulsés définitivement du territoire, ils demandent, s’ils sont chassés des possédés, d’aller dans le troupeau de porcs. Il y a peut-être un trait d’ironie dans cette partie du texte. Pour des oreilles juives, que des animaux impurs comme sont les porcs soient possédés par des démons, montre que c’est pour eux le genre de demeure qui leur convient et qu’ils méritent bien. Un sens possible est que la mer qui a obéi à Jésus dans l’épisode de la tempête apaisée est encore au service du Maître même en territoire païen. Mais la population locale qui pourtant reconnaît la puissance de Jésus qui a libéré les possédés n’est pas prête à le suivre. 

L’événement sert donc de leçon seulement pour les disciples. Ils ont vu la puissance de Jésus dans la tempête apaisée alors que même les vents et la mer lui avaient obéi. Ils voient maintenant que sa puissance n’est pas limitée à Israël.

Jean Gobeil SJ 

Tournée virtuelle