L'évangile de mardi (Mc 1, 21-28)

Après s’être choisi des disciples, Jésus vient à Capharnaüm avec eux et commence son ministère à la synagogue le jour du sabbat. L’auditoire est frappé par son enseignement qui est donné avec une autorité que les scribes n’ont pas. Un esprit mauvais qui est dans un possédé se manifeste: il est très agressif contre Jésus. Jésus l’interpelle avec force: Tais-toi. Sors de cet homme. Et l’esprit est forcé de se retirer avec fracas. La foule est frappée de son enseignement et de sa puissance sur les esprits mauvais: on se demande qui il est.

L’évangéliste présente le commencement du ministère public de Jésus. Auparavant l’Esprit est descendu sur Jésus après son baptême par Jean-Baptiste et il demeure avec lui. Le même Esprit l’a poussé au désert où il a été “testé” par Satan. Jésus s’est choisi des disciples et il est revenu à Capharnaüm où il commence sa prédication le jour du sabbat dans la synagogue.

La scène est un résumé de ce qui avait frappé les disciples dans la personne de Jésus. Quand deux disciples s’en iront après la mort de Jésus et sans connaître encore la résurrection, ils décriront le ministère de Jésus de la façon suivante : Jésus, qui s’est montré un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple

Il est un prophète, c’est-à-dire qu’il est envoyé par Dieu et participe à sa sainteté. Sa puissance lui vient de l’Esprit qu’il a reçu. Il est puissant en paroles, c’est-à-dire dans son enseignement. Dans notre texte, il est quatre fois question de l’enseignement de Jésus. Marc ne nous donne pas le contenu de cet enseignement mais il souligne sa manière d’enseigner, son autorité ou sa puissance et que cette façon d’enseigner est bien différente de celle des scribes.

Les scribes parmi les Pharisiens étaient les autorités pour interpréter la Loi ou les Ecritures. Mais un scribe ne pouvait se permettre des nouveautés. Son interprétation était toujours basée sur ce que des autorités reconnues avaient dit avant lui. C’est ce qui faisait la valeur de son interprétation. Jésus, lui, n’a pas besoin des autorités humaines. Il enseigne avec l’assurance que lui donne la présence de l’Esprit. Son autorité, sa force, lui vient de Dieu. Et ses auditeurs sont frappés par la nouveauté et l’autorité.

Cette force ne se manifeste pas seulement dans son enseignement mais aussi dans ses oeuvres dont l’exorcisme est un exemple. Les possédés sont toujours considérés comme prisonniers d’une force qui est opposée à la sainteté de Dieu. Cette force essaie de maîtriser Jésus en le nommant. C’est la confrontation entre l’esprit du mal et Jésus qui est accompagné de l’Esprit: elle est très courte. Avec deux paroles très rudes Jésus y met fin: Tais-toi! Sors de cet homme. Et c’est fini. Plusieurs fois, Marc présentera Jésus comme celui qui vient avec force confronter les forces qui empêchent l’être humain d’être libre. Avec l’Esprit, Jésus est puissant en paroles et en oeuvres. “Un doux prêcheur de Galilée”, comme un auteur a voulu caractériser Jésus, n’aurait frappé personne, ni attiré des foules ni inquiéter de plus en plus les autorités. Il ne serait pas mort sur une croix.

Jean Gobeil SJ 

 

Tournée virtuelle