L'évangile du samedi - (Mc 4, 35-41) - 1er Vêpres de la Présentation du Seigneur au Temple

Un correspondant de Californie me demandait récemment si la présente crise économique annonçait la fin du monde. Pour les spécialistes de la finance en effet, cette crise peut leur paraître la fin de leur monde. Lorsque leur bulle de la spéculation s'évapore, tout semble s'évanouir dans l'espace. Notre sécurité dépend évidemment de la valeur à laquelle on a rattaché sa personne. Or tout est relatif dans notre monde, un coup de vent peut tout balayer. Se raccrocher par la foi à l'Absolu est l'unique moyen d'assurer son avenir et sa sécurité.

La tempête apaisée par le Christ est un événement, qui a toutefois une signification symbolique au-delà de la réalité immédiate. Jésus avait enseigné toute la journée la foule qui l'écoutait sur le rivage. "Le soir de ce même jour", il invite ses disciples à "passer de l'autre côté du lac." Ce passage vers l'autre rive n'est pas simplement un trait anecdotique, il peut signifier le passage du disciple vers l'au-delà de son existence terrestre. Des obstacles et des épreuves, symbolisés par la tempête sur le lac, rendent ce voyage  pénible et périlleux. Le vent s'engouffre subitement dans le couloir au nord du Lac de Galilée, où des vagues violentes peuvent atteindre six mètres de hauteur.

Lorsque cet ouragan s'élève, que les vagues se jettent dans la barque qui se remplit d'eau, les disciples sont effarés devant la perspective d'une mort imminente. Démunis en face des forces de la nature, ils ne voient aucun moyen de salut. Ils sont atterrés, car ils ne comptent que sur eux-mêmes. Jésus leur reprochera de ne pas avoir la foi, la confiance en sa présence, même s'il dort. Déjà auparavant, la même tentation tourmentera le fidèle des psaumes qui accuse le Seigneur d'être silencieux, de dormir : "Réveille-toi, Seigneur ! pourquoi restes-tu inactif ? (Ps 44, 24) Si on avait la foi, on aurait confiance en sa protection en vertu de sa seule présence, même s'il semble absent ou ne pas répondre.

Jésus nous donnera l'exemple parfait de cette confiance au dernier moment de sa mission, lorsqu'il remettra sa personne entre les mains de Dieu: "Père, je remets mon esprit entre tes mains" (Lc 23, 46). Cloué à la croix, Jésus est devenu le plus pauvre, complètement démuni, mais il se livre totalement à Dieu, apparemment absent. Endormi dans la barque qui menace de sombrer, Jésus dort, remettant sa personne entre les mains de Dieu. À son réveil, ressuscité par Dieu présent en lui, il a le pouvoir de commander aux forces du mal et de dominer les démons, que représentent les vagues rugissantes du lac.

Conclusion

L'existence humaine se déroule dans un combat incessant entre les forces de la vie et les puissances de la mort, en nous-mêmes et autour de nous. À certains moments, les épreuves nous amènent presque à l'anéantissement, à la mort. Nous nous sentons démunis, incapables de faire face à des défis qui nous paraissent démesurés, qui vont nous écraser. Si nous fixons notre regard seulement sur nous-mêmes, sur nos limites, l'angoisse s'empare de nous. Devant un cancer généralisé, que pouvons-nous faire? Regarder plus haut et au-delà de nos possibilités humaines.

Il faut se rappeler sans cesse que la peur surgit en nous dans la mesure où nous manquons de foi. Au général Abner, demeuré fidèle au Dieu d'Israël, mais apeuré par les menaces de la reine impie Athalie, le grand prêtre lui répond fermement: "Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte" (Jean Racine, Athalie, 1er acte).

La foi bannit toute peur!

Jean-Louis D'Aragon SJ   

 

Tournée virtuelle