L'évangile du lundi - (Mt 9, 18-26) - Ste Maria Goretti

Un chef de synagogue vient se prosterner devant Jésus. Sa fille vient de mourir. Il demande à Jésus de venir lui imposer les mains. En route, une femme souffrant d’hémorragie, vient toucher la frange de son vêtement pour être guérie. Ce qui arrive aussitôt à cause de sa foi. Arrivé chez le chef, Jésus met la foule dehors. Il entre, saisit la main de la jeune fille qui se lève.

Matthieu a simplifié le texte de Marc pour se concentrer sur la rencontre dans la foi de deux personnes avec Jésus.

Un notable, que Marc nommait Jaïre et qu’il présentait comme chef de la synagogue, vient à Jésus. Sa fille est morte, ce qui veut dire qu’il faut qu’il ait assez de foi pour croire que Jésus peut rendre la vie. Il a cette foi et Jésus le suit pour aller faire une imposition des mains.

En cours de route, survient cette femme qui souffre d’une perte de sang depuis des années. Le sang représente la vie et la vie appartient à Dieu, ce qui fait qu’un contact avec le sang constitue une impureté très grave. Quelqu’un qui est dans cet état doit se tenir à l’écart et ne peut toucher à personne sinon elle communiquerait cette impureté. Cette femme, en plus d’avoir cette maladie,  a donc dû se tenir en marge de la société pendant des années. C’est en tenant compte de tout cela que, par trois fois, au lieu de parler de guérison on parle d’être sauvé. La femme pense qu’elle sera sauvée si elle peut toucher à la frange de son manteau. Jésus dit que sa foi l’a sauvée et finalement l’évangéliste déclare: et elle fut sauvée. On voit l’importance de sa foi non seulement à cause de la gravité de son état mais surtout à cause de la confiance qu’elle devait avoir pour être prête à briser l’interdit pour aller toucher au Christ.

Jésus continue sa route et arrive à la maison du notable où on a déjà commencé les rites bruyants de deuil. Jésus interrompt le concert en disant qu’elle n’est pas morte mais qu’elle dort. Les gens se moquent mais Jésus les met dehors. Il saisit la main de la jeune fille et elle se lève.

Jésus parle de la mort comme d’un sommeil (il dira la même chose pour la mort de Lazare). Ce sera la même chose pour les chrétiens et les premiers auteurs parleront de mourir en disant s’éveiller dans le Christ. Pour cette raison, on laissera de côté les bruyantes manifestations de chagrin qui faisaient partie des rites funèbres.  

Jésus n’a pas peur d’être touché ni de toucher. Jésus ne blâme pas la femme de l’avoir touché.  Il prend la petite fille par la main. Il touchera les yeux des aveugles et les oreilles des sourds. Il prendra même la main d’un lépreux. Il se fâchera quand les disciples voudront écarter les enfants qui le touchaient et lui, les embrassera.. A Thomas qui doutait il dira: Touche! Et il ajoutera:  Bienheureux ceux qui ont cru sans avoir vu.

Pourquoi bienheureux? Parce qu’ils peuvent, par la foi, toucher le Seigneur!

Jean Gobeil SJ

 

 

 

 

 

Tournée virtuelle