L'évangile du lundi - (Mt 28, 8-15)

Aucun texte d’évangile ne serait plus approprié que celui-ci pour un lundi de Pâques. Mais le passage qu’on nous propose commence de façon bizarre. Il n’est compréhensible qu’en tenant compte des 8 versets qui le précèdent. Les saintes femmes (Marie de Magdala et l’autre Marie) vont rendre visite au sépulcre sans savoir qu’elles ont un rendez-vous avec l’impensable. Elles voulaient seulement, comme on le ferait aujourd’hui, se recueillir sur la tombe de leur bien-aimé. Mais voilà qu’arrivées à destination, elles assistent à une théophanie : un violent tremblement de terre, l’Ange du Seigneur qui descend du ciel, les gardes du tombeau qui sombrent dans le coma, et la bouleversante annonce : « Soyez sans crainte. Je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. Il n’est pas ici car il est ressuscité comme il l’avait dit. »

Remplies de joie, les deux Marie courent porter la nouvelle aux disciples, et, chemin faisant, elles rencontrent Jésus qui les rassure par les mêmes paroles que l’Ange quelques instants auparavant : « Soyez sans crainte… »  Puis, il leur révèle le lieu où il se manifestera à tous les siens : « allez dire à mes frères qu’ils se rendent en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Le reste du passage raconte comment, revenus de leur étourdissement, les gardes du tombeau se précipitent chez leurs patrons pour tout rapporter, et comment ces derniers organisent la diffusion d’une rumeur donnant une explication plausible à la disparition du corps de Jésus : ses disciples l’auraient volé pendant que les gardes dormaient.

Deux éléments attirent mon attention dans cet évangile. D’abord, le fait que les premiers témoins de la résurrection soient des femmes. La variante johannique de cet épisode met en scène une seule femme : Marie de Magdala.  C’est elle qui découvre le tombeau vide, et c’est à elle que Jésus apparaît en tout premier lieu. Mais pourquoi n’est-ce pas Pierre ou Jean ou Jacques qui obtient ce privilège? Il me semble qu’il ne s’agit pas d’un simple accident. Je ne crois pas qu’il faille chercher dans ce fait des significations théologiques d’une profondeur abyssale. Mais c’est révélateur que les évangélistes ne s’en étonnent pas. Je risque cette explication : la résurrection est comme une seconde naissance. Rien de surprenant donc que la femme ait un rôle privilégié dans la venue ou le retour au monde. Remarquons d’ailleurs que même si, dans l’évangile d’aujourd’hui, il est question de deux femmes, elles portent le même nom : Marie, la nouvelle Ève. Cela me rappelle un vers de Claudel à propos de la Vierge au pied de la croix quand elle accueille dans ses bras la dépouille de son fils : « Elle l’a reçu donné, elle le reçoit consommé. » On pourrait ajouter : elle le recevra ressuscité ou né deux fois!

La seconde surprise (et c’est le cas dans les quatre évangiles) est qu’il n’y a aucune description de la résurrection. On ne voit pas Jésus sortir du tombeau, rouler la pierre, faire quelques exercices de réchauffement des muscles avant de reprendre son itinérance sur les chemins d’Israël, comme si sa mort n’avait jamais eu lieu. De nouveau, je crois que ce n’est pas un hasard. Nous n’avons pas, dans ce texte de détails matériels à propos d’un corps qui surgit triomphalement du tombeau et qu’on pourrait filmer afin de brandir l’événement visuellement capturé comme preuve technique de la résurrection. Cela signifie qu’on fait justement fausse route en concevant la résurrection de façon matérialiste. Les récits insistent sur « la présence » de Jésus aux siens au-delà de la mort. Il n’y aura jamais de « découverte » matérielle pour confirmer ou infirmer la résurrection. Par contre, il y a eu, et il y aura toujours des personnes, comme Marie de Magdala, Paul de Tarse, Charles de Foucault, Teresa de Calcutta, pour témoigner de la rencontre qui aura transformé leurs vies de fond en comble. La résurrection n’aura pas de preuves plus convaincantes que  ces personnes vouées à l’imitation de celui qu’elles savent « vivant » pour toujours. 

Melchior M'Bonimpa

 

 

Tournée virtuelle